• Home
  • Blog
  • Portrait d'Alexis de Gheldere : globetrotteur et auteur de La Terre

Portrait d'Alexis de Gheldere : globetrotteur et auteur de La Terre

Published on 19/05/2022


ME : Que voulais-tu faire dans la vie quand tu avais 6-7 ans ?

ADG: Je voulais être explorateur, parcourir le monde et voir les lointaines contrées. J’étais passionné de géographie et je le suis encore. J’aurais pu être cartographe aussi.


ME : Quel est ton souvenir du premier livre que tu as lu et quel en était le titre ? Pourquoi ce livre t’a-t-il plu ?

ADG: Je me souviens avoir lu des livres de la Comtesse de Ségur et d’avoir été impressionné par toutes les péripéties qu’on pouvait trouver dans chacun de ces livres.

ME : Y-a-t-il eu des personnes qui t’ont influencé dans tes choix de carrière ?

ADG: Ceux qui m’ont le plus influencé, ce sont mes parents et mes grands-parents maternels. Ces derniers ont vécu en Belgique, au Chili et au Canada. Quand elle était petite, ma mère se rendait à l’école à cheval le matin, alors qu’elle se trouvait en Patagonie, au Chili. La vie peut être un rêve éveillé qu’on construit chaque jour.

 

ME : Pourquoi avoir choisi les études que tu as faites ? 

ADG: J’ai cherché à acquérir le maximum d’outils pour explorer des pays, côtoyer des gens inspirants, plonger dans des expériences insolites et ensuite les raconter !


ME : Quand tu as démarré tes études universitaires, que comptais-tu faire comme carrière ? 

ADG: Je ne savais pas ce que je voulais faire. Je n’avais pas de plan. Je savais seulement que j’aimais écrire, voyager, rencontrer des personnes, apprendre des langues étrangères et faire de la vidéo. Le reste s’est fait tout seul. Je n’ai fait que suivre mes passions.


ME : Quand as-tu découvert ta vocation de globetrotteur ?

ADG: Quand mon grand-père, qui avait vécu en Belgique, au Chili et au Canada est décédé, j’avais 16 ans. En consultant un vieil album avec des photos en noir et blanc sur sa vie au bout du monde dans les années 1950, ça m’a beaucoup impressionné. Puis, mon frère s’est aussi mis à voyager. Tout cela m’a donné le goût de m’y mettre et je n'ai jamais arrêté !


ME : Pourquoi avoir dit « oui » au projet de La Terre dans la collection Mon Mégadoc ?

ADG: La Terre me fascine. Les paysages, les animaux, les gens, tout ce qui est vivant. Nous sommes vivants sur une planète pleine de vie et je trouve ça magique ! C’est important aussi, pour moi, de prendre soin de la vie et de la Terre !


ME : Quelles sont les planches que tu préfères dans ce livre et pourquoi ?

ADG: J’aime la première page, son titre « La Terre, notre seule maison » et la première phrase : « Il y a des milliards de planètes… une température acceptable. ». Elle nous rappelle que la Terre est la seule planète connue qui rassemble les trois ingrédients essentiels à la vie : l’eau, l’atmosphère et une température ni trop chaude, ni trop froide.

 

ME : Si tu n’étais pas devenu un globetrotteur touche-à-tout, qu’aurais-tu fait dans la vie ? 

Peut-être que je serais devenu psychologue car j’aime la diversité des comportements humains. J’aurais aussi pu être conducteur de train ou gardien de phare sur un îlot au milieu de l’océan !